Communauté de Communes de la Haute deûle

Voeux 2015 de Grégory Marlier, Président de la CCHD

 

Discours des vœux 2015

Monsieur le Président du Conseil Général, Didier Manier s’est excusé,

Monsieur le Conseil Général, Gérard Boussemart,

Madame et Messieurs, les Maires des Communes de la CCHD, cher Philippe, cher Louis Pascal, cher Joffrey, cher Gérard, chère Eliane,

Mesdames et Messieurs, les Conseillers Communautaires,

Mesdames et Messieurs, les Conseillers Municipaux,

Mesdames et Messieurs, les Agents Communautaires,

Mesdames et Messieurs,

La cérémonie des vœux est l’occasion de souhaiter une belle et bonne année, de souhaiter la réalisation de vos projets professionnels ou personnels. C’est donc bien volontiers que je me prête à cet exercice en vous souhaitant  à vous tous, élus communautaires, élus municipaux, agents communautaires, ainsi qu’à tous les habitants de nos communes une très bonne et heureuse année 2015.

Mes vœux et mes pensées vont plus particulièrement à ceux qui vivent dans des conditions difficiles, dans des conditions d’incertitudes économiques et sociales, soit parce qu’ils sont privés d’emploi ou en sont menacés, soit qu’un logement décent leur fait défaut, soit qu’ils sont dans le besoin ou qu’ils éprouvent un sentiment d’isolement.

Vous le savez, nous sommes dans un contexte de crises qui se succèdent, économique, sociale, environnementale, écologique ; elles ont des conséquences immédiates, à moyen terme et à long terme et auront un impact social durable pour tous. La période que nous traversons n’a jamais été autant faite d’incertitude et d’inquiétude ; l’avenir de notre territoire, des autres territoires et de notre pays tout entier est encore imprévisible et précaire. L'avenir demandera des efforts et nous devrons également changer nos habitudes. Mais ne baissons surtout pas les bras ; jamais nos concitoyens n’ont eu autant besoin d’un service public de proximité face aux conséquences dévastatrices de ces crises, dans un monde en pleine mutation.

Durant les premiers jours de cette année 2015, nous nous sommes souhaités une bonne année, comme le veut la coutume. Et puis, il  y a eu le 7 janvier. Ce jour terrible où des fanatiques ont voulu mettre la France des libertés à genoux en s’en prenant à des journalistes,  des policiers, de simples citoyens. Comme vous, j’ai été marqué par ces assassinats, par cette barbarie qui a frappé la République.

Dans nos communes, comme dans toute la France, les citoyens ont choisi non pas la haine, non pas la violence mais l’unité républicaine, le rassemblement autour des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Les Français ont décidé de se retrouver pour adresser un message fort à l’Europe, au monde, et rappeler les valeurs de la laïcité. Aujourd’hui, l’émotion ressentie est intacte. La prise de conscience doit se poursuivre pour redonner du sens au fameux vivre ensemble. Il faut transformer l’émotion en actions de fond, durables à la hauteur des enjeux. Il y a urgence afin que la période qui s’annonce n’attise pas les peurs, ne nourrisse pas les exclusions et ne fasse pas l’amalgame inacceptable entre terrorisme et islam.

Localement, nous, responsables politiques, devons également prendre notre part de responsabilité. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les mécanismes qui poussent des individus à sombrer dans l’individualisme, qui les poussent au communautarisme, qui les livrent au fanatisme.

Alors, nous devons agir, aider les populations de nos territoires qui sont en proie à des difficultés sociales, qui sont confrontées au décrochage scolaire, aux sentiments d’abandon et à l’isolement. La 1ere des sécurités c’est la proximité et le renforcement du lien social.

Il faut expliquer à nos jeunes qu’ils ont des droits mais aussi des devoirs. La République est faite de droits et de devoirs. Au travers des actions de cohésion sociale menées par nos communes, sur la citoyenneté notamment, nous avons les moyens de prendre notre part du grand chantier de la laïcité, fondamental au vivre ensemble.

Nous devons veiller à ce que l’égoïsme, le repli sur soi, le rejet des institutions ne viennent pas mettre à mal le pacte républicain. Vous les agents communautaires qui êtes au contact de nos populations, qui agissez au quotidien, vous avez un rôle essentiel à jouer. C’est ce qui fait l’importance de vos métiers.

C’est dans ce contexte d’incertitude, d’un monde en pleine mutation, que se place ce nouveau mandat communautaire.

Voilà maintenant 8 mois que vous m’avez élu Président de la Communauté de Communes de la Haute Deûle.

L’engagement que j’avais pris devant vous était d’assurer une gouvernance apaisée et partagée avec les 5 majorités municipales, de travailler à l’esprit de consensus et de travail en commun qui doit être le nôtre. Trop souvent notre intercommunalité a été paralysée par des querelles de clochers qui n’avaient souvent ni queue ni tête. 

C’est en ayant des échanges équilibrés, respectant la pluralité et la diversité que nous continuerons d’avancer dans l’intérêt de notre territoire.

Cette volonté de gouvernance partagée s’est traduite par la constitution d’une équipe de 5 vice-présidents représentant chacun une ville de notre communauté de communes :

-          Gérard Mayor, 1er vice président, qui a la lourde délégation des travaux de voirie et d’éclairage public ; Gérard devenu rapidement un fidèle compagnon, indispensable au quotidien dans l’animation de l’intercommunalité ;

-          Louis Pascal Lebargy en charge des affaires scolaires et de la communication, un élu d’expérience sur lequel je peux compter ; 

-          Joffrey Zbierski responsable des finances, et cette délégation, envieuse en début de mandat est loin d’être un cadeau aujourd’hui

-          Christophe Gras suivant, avec la ponctualité qu’on lui connait, les dossiers d’urbanisme

-          Eliane Delbecq, à l’environnement, et qui apporte son expérience communautaire.

Chaque sujet est aujourd’hui débattu en réunion de bureau communautaire afin de construire le consensus, une vision partagée, condition indispensable à la réussite de notre projet de territoire. Je n’oublie pas non plus de citer les élus qui complètent ce bureau : Jean Marc Boulonne, Alain Debroewer, Colette Pottié, Thierry Hayenne et Rabah Oulmi.

J’entends défendre ce mode de fonctionnement collectif au service des habitants du territoire.

  • Au service du développement économique et durable,
  • Au service de la culture et de l’éducation,
  • Au service du cadre de vie de nos communes,
  • Au service du projet de territoire et donc de l’avenir !

Je souhaite, comme nous l’avons affiché collectivement dès notre installation, que nous puissions travailler dans cet esprit qui me convient, qui est de dépasser nos légitimes différences politiques, pour faire avancer notre territoire.

Cela n’empêche pas les débats d’idée dès lors qu’ils sont constructifs. Nous en avons déjà fait la preuve sur certains dossiers, sachons continuer en ce sens.

La crédibilité politique, c’est aussi et j’allais dire surtout ça. Les résultats collectifs sont aussi les résultats de chacun.

Une vingtaine de nouveaux élus ont fait leur entrée au conseil communautaire à la suite des élections municipales de 2014. C’est plus de 50% de renouvellement. Un conseil communautaire également féminisé avec près de 45% de femmes élues.

 C’est avec les 35 élus communautaires que nous allons écrire les nouvelles pages de l’Histoire de la Haute Deûle. Une histoire qui je l’espère sera moins tourmentée, mais résolument ancrée vers l’avenir et le développement de notre territoire.

Un développement  que je souhaite harmonieux et durable. … mais qui, Hélas, devra se faire avec des finances contraintes. Très contraintes ! J’aurai l’occasion d’y revenir dans quelques instants.

Cette gouvernance partagée se réalise autour des nombreuses compétences de la CCHD :

-          La voirie avec l’entretien des 76 km de voiries communales et 190km  de trottoirs ;

-          L’éclairage public avec l’entretien des 3 200 points lumineux et des 110 armoires de commande

-          La signalisation tricolore avec l’entretien des 5 carrefours à feux

-          Les espaces verts avec leur tonte, 37 hectares de surface et la taille des massifs et arbustes

-          Le scolaire avec l’achat des fournitures et manuels scolaires pour les 2272 élèves de l’enseignement public, l’équipement informatique de nos écoles et l’organisation des séjours classes de neige

-          La culture avec le réseau de 5 médiathèques et le fonds documentaire de 62000 ouvrages bénéficiant à près de 3 000 abonnés actifs sans oublier les nombreuses animations culturelles

-          Le sport avec la salle de gymnastique à Allennes les marais, la salle Sicot Coulon et les deux terrains de tennis à Bauvin mis à disposition du club de tennis de Bauvin provin

-          Le développement économique avec les deux zones artisanales et commerciales situées à Annoeullin et à Provin 

De multiples compétences qui s’appuient sur le savoir faire des agents communautaires dont je tiens à souligner la qualité de leur travail et de leur engagement au quotidien.

La CCHD est également représentée à la mission locale Pévèle Mélantois Carembault, la maison de l’emploi, le syndicat mixte du schéma de cohérence territoriale, l’agence de développement et d’urbanisme de Lille métropole, la fédération d’électrification de l’arrondissement de Lille sans oublier la commission départementale de coopération intercommunale et récemment le syndicat mixte sur le numérique 59-62.

Un mot sur les finances

Quel contraste avec la CCHD telle qu’elle était présentée ces dernières années... Une CCHD fleurissante, le plus dur était dernière nous…la situation est en réalité beaucoup plus difficile qu’attendue au début de mon mandat.

Suite à mon élection, j’avais décidé d’effectuer une analyse fine du fonctionnement de la CCHD pour mesurer avec la plus grande exactitude la situation de la collectivité, connaitre les marges de manœuvre possibles dans le contexte difficile que connaissent toutes les collectivités territoriales et locales actuellement.

Avant de la mettre en œuvre, avec le vice président aux finances, Joffrey Zbierski, nous nous sommes penchés sur le dossier dont il a la charge et nous avons découvert une situation préoccupante liée à un emprunt structuré, c’est-à-dire un emprunt indexé sur le franc suisse.

Aujourd’hui, le constat est partagé par tous : c’est l’œil neuf, ce nouveau mode de gouvernance que nous avons adopté qui a permis de découvrir cette situation, avant qu’elle ne devienne extrêmement grave.

Le défaut de suivi de ce dossier entre 2007 et 2014 est aujourd’hui un constat indiscutable.

En 3 mois, avec Joffrey, nous avons mis la priorité sur la renégociation de cet emprunt avec la SFIL qui a remplacé Dexia tout en déposant un dossier en fin d’année pour solliciter le fonds de soutien de l’Etat aux collectivités ayant souscrit ce type d’emprunt.

Tout ce que nous pouvions faire dès la découverte de cet emprunt a été réalisé, dans un temps record. 

Nous attendons maintenant la réaction de l’Etat face à ce récent coup du sort, ce changement de politique de la banque centrale suisse qui a pour conséquence d’augmenter de manière sensible le coût de sortie de cet emprunt.

En résumé, les futures possibilités d’investissement de la CCHD se jouent clairement aujourd’hui à Genève, bien loin des perspectives que nous nous étions imaginées en début de mandat.

Quelques points marquants de l’année 2014

Cela a été tout d’abord les importants travaux de voirie réalisés par la CCHD qui avaient été pour la plupart actés lors du mandat précédent : la réfection du boulevard Blum à Annoeullin, la mise en enrobé du sentier des courtieux à Bauvin, la réfection des trottoirs et chaussée du Domaine du Riez à Provin, sans oublier les travaux de voirie et d’éclairage public rue Gabriel Péri et rues Durot, Leclerc et Moulin à Carnin.

De nombreux travaux de voirie ont également été réalisés en régie sur les différentes communes de la CCHD.

La CCHD en 2014 cela a été aussi l’école à l’ère du numérique :

Sous l’impulsion de Louis Pascal Lebargy, un effort financier sans précédent a été accompli en 2014 pour enrichir l’équipement des écoles en tableaux numériques interactifs, ordinateurs fixes ou portables. Le nombre de TBI a notamment été doublé, faisant des écoles de la CCHD particulièrement à la pointe du numérique.

La CCHD c’est également la culture pour tous :

Concernant l’offre culturelle, ma scène à moi a permis à des artistes locaux de se produire dans cette scène de la médiathèque : Melting Pop, Alexandre Leroy, Bilbao, Les inopinés, Les yeux noirs, Les sans culottes et Atmosphery.

Elle sera un événement pérennisé pour ces prochaines années afin de faire découvrir au public nos multiples talents locaux et régionaux.

La participation à la nuit des médiathèques en octobre dernier a également été l’occasion de faire découvrir l’offre culturelle de notre réseau des médiathèques aux habitants de nos communes qui n’étaient pas encore inscrits. 

La CCHD c’est une intercommunalité en relation avec nos partenaires

Nous avons entrepris dès le début du mandat de nouvelles relations avec le Département du Nord et le Conseil Régional Nord-Pas de Calais. Des échanges réguliers avec les services du Département doivent permettre de mieux préparer certaines demandes de financement auprès du futur conseil Départemental, demandes de l’intercommunalité ou des communes. J’ai d’ailleurs bon espoir qu’un ou deux dossiers avancent rapidement ces prochaines semaines.

Je n’oublie pas également l’important travail réalisé par Christophe Gras au sein des travaux du  scot lille métropole afin de préparer les grands enjeux du développement du territoire.

Enfin, sous l’égide de Louis Pascal et des services, 2014 a également vu un renouvellement de notre communication à travers un 4 pages relooké, un site internet plus convivial et reprenant l’actualité quotidienne de la CCHD sans oublier le site du réseau des médiathèques et la page facebook qui résument régulièrement toute l’offre culturelle du réseau des médiathèques.

Cette nouvelle communication, multi-supports, tournée vers la population a plusieurs objectifs :

Valoriser encore davantage le travail des agents communautaires auprès des habitants de nos communes, rendre plus visible l’action de la CCHD

Changer l’image extérieure de la CCHD, notamment auprès de nos voisins territoriaux ou de nos partenaires institutionnels.

La meilleure façon d’anticiper l’avenir dans ce contexte d’incertitudes est d’incarner notre collectivité par des actions visibles, lisibles et comprises aussi bien par nos concitoyens que par nos partenaires institutionnels. 

Alors 2015 ? Que faire dans ce contexte aussi délicat financièrement ? Et bien, nous ne manquerons pas d’idée et de volonté.

Vous le savez, le nouveau contexte financier m’a amené à une profonde réorganisation des services ; dans ce cadre, un nouveau DGS arrivera prochainement avec comme feuille de route les nouvelles priorités financières que nous nous sommes fixées. Les différents entretiens occupent une bonne partie des soirées actuellement des membres de la toute nouvelle commission gestion du personnel, preuve que la CCHD reste attractive.

Cette commission que nous avons instaurée permettra dorénavant la transparence complète des décisions de recrutement ou de promotion des agents.

Les investissements seront plus que restreints, mais nous nous appuierons sur la force de la CCHD : le savoir faire de ses agents communautaires. Nous continuerons à améliorer le cadre de vie de notre territoire avec l’entretien de la voirie et de l’éclairage public, la tonte des espaces verts.

Parmi les missions importantes du futur DGS, un projet collectif qu’il animera nous mobilisera tous : celui du schéma de mutualisation des services que je souhaite construit de façon partagé avec les communes de la CCHD : outre l’obligation de voter ce schéma pour la fin d’année, ce travail doit nous permettre de renforcer les liens entre la CCHD et ses communes : les autorisations du droit des sols, le groupement de commandes sont des exemples de mutualisation intelligente que nous mettrons en place : ce schéma aura aussi pour objectif de rendre encore plus visible les complémentarités entre les services communautaires et municipaux.

En matière de développement économique, nous entamerons des premières actions visant à faire de la CCHD un partenaire utile aux acteurs économiques du territoire.

Après avoir noué avec elle des premiers contacts en 2014, la chambre régionale des métiers de l’artisanat nous remettra prochainement une étude sur la vie artisanale de notre territoire ; cette étude permettra à termes de faire de la CCHD un facilitateur, un intermédiaire, entre nos artisans et la chambre régionale des métiers de l’artisanat, notamment pour les aider dans la recherche de financements ou de subventions.

Autre exemple, nous accompagnerons l’union commerciale d’Annoeullin dans l’organisation de son salon de l’artisanat les 30 et 31 Mai prochains.

Cette volonté de la CCHD de devenir un partenaire de nos acteurs économiques du territoire est une condition nécessaire au développement de nos zones artisanales, indispensable pour l’avenir de notre territoire.

Sous l’impulsion de Christophe Gras, 2015 sera aussi une année où nous avancerons rapidement sur différents outils au service de l’un de nos objectifs importants du mandat : le PLUI, le plan local d’urbanisme intercommunal.

L’abandon annoncé par l’Etat de l’instruction des permis de construire nous conduira à mutualiser cette compétence dès cette année, dans l’intérêt de tous.

La phase « orientation et programme d’actions » du PLH sera lancée cette année : à partir du diagnostic de la situation existante, le PLH définira les objectifs à atteindre, notamment l’offre nouvelle de logements et de places d’hébergement en assurant une répartition équilibre et diversifiée sur le territoire.

Chaque commune aura ainsi à sa disposition un plan de bataille précis dans les domaines de l’urbanisme et de l’habitat.

Enfin, une convention cadre sera signée avec l’Etablissement Public Foncier pour aider à réaliser les objectifs du PLH : le recyclage des terrains en milieu urbain bonifié en cas de création de logements sociaux mais aussi pour recycler des terrains en friche afin de redynamiser l’activité économique.

Ces différents outils d’urbanisme seront utiles à nos réflexions autour d’un PLUI afin d’engager rapidement la démarche.

Développement économique, aménagement du territoire, mais aussi le numérique comme priorité tant cette question est essentielle à l’avenir de nos communes.

Au sein du syndicat mixte sur le numérique, auquel la CCHD a adhéré au début de mon mandat, nous continuerons à être présent aux échanges avec la Région et le Département pour faire entendre notre voix et de rendre possible le déploiement du très haut débit sur notre intercommunalité.

Bien évidemment, le calendrier ne dépend pas de nous mais des différents partenaires l’Etat, la Région, le Département. L’enjeu pour nous est d’être tout simplement un territoire prioritaire. Tous ceux qui aujourd’hui vous annoncent des dates de réalisation, comme j’ai pu le lire dans la presse à Pévèle Carembault par exemple, ne sont pas sérieux, le calendrier des interventions n’étant pas encore défini. L’enjeu sera également pour la CCHD de dégager des marges de manœuvre budgétaires afin de pouvoir assurer la part de financement qui lui reviendra.

Je n’oublie pas l’offre culturelle pour cette année 2015 ; je n’évoquerai qu’un point celui du projet ARTS : L’artiste qui sera en résidence sur le territoire de la CCHD du 9 mars au 6 juin 2015 sera Anne-Laure Poullain, chanteuse lyrique, comédienne et responsable de formation dans le domaine théâtral et vocal. Son profil très riche permettra de mettre en place des projets avec une multitude d’acteurs ; les associations culturelles, les écoles, l’IME, les relais d’assistantes maternelles, le centre pénitentiaire et les maisons de retraites.

Ce projet sera un exemple de collaboration intelligente entre l’intercommunalité, les communes, et les acteurs de l’éducation nationale.

Pour finir, 2015 verra également les premières réunions de travail de la commission intercommunale pour l’accessibilité aux personnes en situation de handicap dans les bâtiments publics. Cette commission ouverte à des représentants d’association en lien avec le handicap, pourra s’appuyer sur les résultats de l’étude en cours sur l’accessibilité. Encore une mission menée de main de maître par Gérard Mayor.

2015 sera également l’année de la poursuite de la réforme territoriale : l’environnement de la communauté de communes de la Haute Deûle est en pleine mutation :

La loi de modernisation de l'action publique et d'affirmation des métropoles (la fameuse loi MAPAM) qui vise à  clarifier l'action publique locale en désignant chaque catégorie de collectivités territoriales comme chef de file a eu pour conséquence de transformer Lille Métropole en "Métropole Européenne de Lille" (MEL) depuis le 1er janvier 2015. Cette loi renforce  la Métropole en lui attribuant des compétences élargies. Certaines compétences exercées par l’État, la Région, le Département ou les communes seront reprises par les Métropoles, après accord entre ces collectivités.

Les Régions changent de périmètres avec à partir du 1er janvier, une région Nord-Pas de Calais qui s’étendra à la Picardie, rassemblant plus de 6 millions d’habitants avec des compétences renforcées notamment en matière de développement économique.

Quant au Département, il est conforté comme collectivité de proximité notamment dans les territoires périurbains et ruraux : Mais le conseil départemental  sera largement renouvelé fin Mars avec la désignation dorénavant de deux conseilleurs départementaux par canton ; la CCHD se trouve aujourd’hui dans le nouveau canton d’Annoeullin, un canton rassemblant près de 75 000 habitants et s’étendant de la Bassée à Ostricourt ; J’en profite pour saluer Gérard Boussemart, notre conseiller Général qui a récemment annoncé qu’il ne se représentait pas ; finalement nos mandats respectifs se seront entrecroisés, mais  je sais que tu as toujours eu des relations plus que privilégiées, et encore aujourd’hui, avec mes prédécesseurs Gérard Ledru et Eliane Delbecq. Je ne doute pas que tu conserveras un regard attentif sur notre collectivité.

Enfin, le  projet de loi NOTRE (Nouvelle Organisation de la République) en cours d’élaboration vise à poursuivre le mouvement de regroupement de communes au sein d’intercommunalités à échéance du 1er janvier 2017 ; un seuil minimal de 20 000 habitants pour les intercommunalités semblant être aujourd’hui une hypothèse plus que probable retenu par le Gouvernement.

Alors, quel avenir pour la CCHD et ses 24 000 habitants dans une telle révolution territoriale ? 

Avant d’aller plus loin dans une nouvelle carte de regroupement d’intercommunalité, il me parait important pour l’Etat de prendre le temps d’évaluer les effets, l’appropriation de la 1ere carte intercommunale qui avait été réalisée en 2011 , les soubresauts actuels de la Communauté de Communes de Pévèle Carembault l’illustrent bien :

Les mariages forcés sont rarement les plus épanouissants ; ils se finissent même souvent par des divorces.

Jouons plutôt collectivement notre petite musique au sein du scot de lille métropole ; ce sera le sens de notre contribution au diagnostic de territoire en cours de réalisation ; la CCHD a une parole à porter au sud de cette métropole européenne lilloise ;  

Travaillons davantage avec le Département et la Région afin de mieux nous insérer dans leur stratégie de développement ;

Nouons des collaborations intelligentes avec la MEL tout en profitant des avantages de notre intercommunalité à taille humaine, et ils sont nombreux : la proximité avec le  citoyen, le dialogue, les échanges permanents entre les communes et la CCHD, la disponibilité des élus et des agents,  un projet de territoire pour renforcer les atouts de nos communes au sud de la métropole lilloise.

Enfin un mot un peu plus personnel :

Je serai passé de toutes les émotions depuis mon élection :

La fierté et le bonheur d’être élu à la tête de cette intercommunalité de 24 000 habitants ;

La responsabilité face aux nombreux enjeux de ce mandat ;

Puis, l’inquiétude après la découverte, avec Joffrey Zbierski, de cet emprunt toxique, qui était bien enterré dans les caisses de la CCHD.

Inquiétude rapidement remplacée par l’incompréhension face à une telle négligence dans le suivi de ce dossier, pourtant très sensible. 

Mais un sentiment ne m’aura jamais quitté : celui de la détermination à travailler pour la CCHD, à faire vivre cette gouvernance partagée pour faire avancer notre territoire.

Pour terminer, je voudrais remercier une nouvelle fois mes Vice-présidents, ainsi que tous les membres du Conseil Communautaire, pour le travail effectué.  

Je voudrais remercier de nouveau tous les agents de la Communauté de Communes pour leur travail, chacun d’eux avec ses propres responsabilités, contribue à servir au mieux l’intérêt général. 

Très bonne année 2015 à toutes et à tous !

Qu’elle vous soit favorable ainsi qu’à vos proches.

A toutes et à tous, je vous invite à partager le verre républicain de l’amitié et vous souhaite, malgré le contexte, une nouvelle fois, de l’optimisme pour une belle et heureuse année.

Je vous remercie.

Grégory Marlier
Président de la Communauté de Communes de la Haute Deûle

voeuxcchd1

voeuxcchd3

Réseau des Médiathèques

  • Tel: 03.20.16.15.90
  • Fax: 03.20.16.15.91
  • Email

 

Centre Technique Communautaire

  • Tel: 03.20.18.04.12
  • Fax: 03.20.18.04.19
  • Email

 

Communauté de Communes de la Haute Deûle

  • Tel: 03.20.18.04.18
  • Email

42, rue Nationale BP22 59185 Provin